Dans quelles conditions a été recruté le directeur adjoint ?

Le recrutement de Stéphane Treille débarquant, comme Franck Becker, de Quimper, interpelle tous ceux qui ont encore en tête le licenciement brutal, en juin 2019, de Florence Simonet, la directrice adjointe précédente.

De fait, la toute récente nomination de Stéphane Treille aux fonctions de directeur adjoint de La Coursive, Scène Nationale de La Rochelle, et de La Coupe d’Or, Scène conventionnée de Rochefort, pose un certain nombre de questions…

En juin 2019, c’est la présidente du conseil d’administration de La Coursive qui fait part du licenciement brutal de Florence Simonet, la directrice adjointe de la Scène nationale de La Rochelle, en poste depuis 29 ans. En février 2020, huit mois plus tard, c’est le « directeur normal » de La Coursive qui annonce, au sein de la structure secouée par une crise sociale sans précédente, la nomination d’un nouveau directeur adjoint. Normal ? Vraiment normal ? 

Le choix d’un directeur adjoint au sein d’une Scène nationale ne relève pas d’une procédure encadrée comme l’est le recrutement du nouveau patron de ce type de structure. On se souvient que la succession de Jackie Marchand, l’emblématique directeur de La Coursive parti à la retraite en 2017, avait donné lieu à appel à candidatures avec publication dans des journaux spécialisés (Télérama et La Lettre du Spectacle), puis sélections et auditions par un jury comprenant membres du conseil d’administration et personnalités qualifiées.

C’est ainsi que Franck Becker a été retenu pour diriger la Scène Nationale de La Rochelle et qu’il a quitté Quimper durant l’été 2017 pour rallier la ville « belle et rebelle ».

Pour son nouvel adjoint, rien de tel…

Rien n’interdit, toutefois, de poser des questions.

Qui a recruté Stéphane Treille ? Le « directeur normal » de La Coursive ? Ou le conseil d’administration qui avait suppléé Franck Becker en juin 2019 pour virer son adjointe de l’époque ?

Par quel biais, les professionnels, candidats éventuels à la fonction, ont-ils appris qu’un poste de directeur adjoint était ouvert au recrutement à La Rochelle et Rochefort ? Par une publication spécialisée ? Par une annonce déposée dans un cabinet de recrutement spécialisé ? Juste par le bouche à oreille ?

Combien de candidats ont-ils postulé à cette fonction si enviée de bras droit du « directeur normal » de La Coursive (mais aussi de La Coupe d’Or, la scène conventionnée de Rochefort) ?

Qui a opéré les entretiens, la sélection ? Franck Becker lui-même ? La présidente du conseil d’administration Véronique Chatenay-Dolto ? Ou un jury composé pour la circonstance par La Coursive et La Coupe d’Or, les deux scènes concernées ?

Pourquoi les Vigies de La Coursive posent-elles autant de questions sur ce recrutement ? 

Sans doute parce que Stéphane Treille, dont les compétences professionnelles ne sont absolument pas en cause, arrive du Théâtre de Cornouaille à Quimper (Finistère) où il avait été, déjà, recruté en 2013 alors que Franck Becker était directeur de la structure bretonne…

Les deux hommes ont d’ailleurs travaillé ensemble pendant trois ans et demi avant que le directeur du Théâtre de Cornouaille ne boucle ses valises pour La Rochelle en août 2017. Il est certain que cette longue durée de travail en commun aura permis à MM. Becker et Treille de nouer des relations de confiance mutuelle.

Bien entendu, il n’est pas interdit à un directeur de vouloir s’entourer de personnes compétentes et de confiance. Ce serait même recommandé…

Mais afin que le recrutement de Stéphane Treille par La Coursive ne soit pas assimilé à la cooptation pure et simple d’un de ses anciens collaborateurs bretons par le « directeur normal », il serait utile que ce dernier et surtout le conseil d’administration de la Scène nationale de La Rochelle s’expliquent sur les conditions exactes de l’embauche de ce nouveau directeur adjoint.

Par exemple, à travers un communiqué transmis à la presse qui éclairerait le plus grand nombre, et pas seulement une petite association posant vraiment trop de questions…

Dans ce domaine, comme dans bien d’autres, La Coursive doit lever bien des ambiguïtés. Le mutisme de ses responsables devient aussi incompréhensible qu’intenable sur le long terme !

Quimper recherche déjà le remplaçant de Stéphane Treille

Le Théâtre de Cornouaille à Quimper a lancé, dès à présent, le recrutement du successeur de son administrateur actuel, Stéphane Treille, en partance pour La Rochelle au cours du mois de mai. La Scène bretonne a publié une annonce en ce sens sur le site du cabinet de recrutement ProfilCulture.

Le Théâtre de Cornouaille à Quimper recrute sur…Proficulture !

Profilcuture ? Un cabinet bien connu à La Coursive puisque, à partir du mois de septembre 2019, il a assuré une mission d’ « accompagnement à la construction organisationnelle » pour le compte de la Scène nationale de La Rochelle.

Le monde est petit !