La Coursive : deux médiateurs à pied d’oeuvre

Ce jeudi 12 décembre 2019, deux médiateurs entrent en scène à La Coursive. Christine Mariette et Michel Fefeu ne sont à l’affiche d’aucun spectacle de la saison 2019-2020. Ces consultants, spécialistes de la médiation en entreprise, vont oeuvrer, eux, en coulisses pour tenter de régler la grave crise sociale affectant la Scène nationale de La Rochelle depuis des mois.

Car, pendant que musiciens, acteurs, danseurs, artistes circassiens ou de la chanson offrent le meilleur d’eux-mêmes à un public toujours avide de découvertes, se joue une toute autre pièce, une fois le rideau baissé.

Le 8 novembre 2018, dans un courrier à leur conseil d’administration (CA) et à leurs tutelles, les personnels de La Coursive ont dénoncé leur « souffrance », leur « détresse » au travail.

C’était il y a un an, un mois et quatre jours !

Le problème a été pris au sérieux par le CA présidé par Véronique Chatenay-Dolto puisque celui-ci a déclenché un audit dans les meilleurs délais. Des entretiens ont été conduits durant l’hiver 2018-2019, des conclusions rendues au printemps dernier.

Fort du constat de relations très difficiles entre le directeur, en fonction depuis fin août 2017, et les cinq cadres alors en fonction, entre ce même directeur et la grande majorité des salarié(e)s, Midori Consulting, en charge de cet audit, préconise, notamment, une médiation.

Peine perdue ! Le conseil d’administration de La Coursive fait appel  à un autre cabinet, ProfilCulture, missionné à compter du 20 septembre sur un « accompagnement à la construction organisationnelle ».

Mais, entre l’audit, qui ne produit aucun effet – ce n’est pas son but… – et la rentrée de septembre, les administrateurs de la Scène nationale font tomber le couperet. Le 15 juin, ils procèdent au licenciement « pour faute simple » de la directrice adjointe de la Scène nationale, Florence Simonet, salariée de la structure depuis 29 ans.

Ainsi, font-ils plonger La Coursive un peu plus dans la crise !

Comme prévu, le consultant de ProfilCulture se met au travail dans la deuxième quinzaine de septembre. Dès ses premiers échanges avec le directeur Franck Becker et les trois cadres restant en place (Florence Simonet a été licenciée, Edith Périn est partie à la retraite), il fait le constat de la nécessité d’une…médiation ! Médiation qui n’a pas été demandée au cabinet ProfilCulture…

Octobre et novembre s’écouleront sans que rien ne se passe. Selon nos informations, trouver des médiateurs acceptant le challenge n’a pas été simple…

Christine Mariette et Michel Fefeu, co-auteur de « Guerre et Paix dans l’entreprise », ouvrage ayant fait l’objet de deux rééditions actualisées, sont enfin, choisis. A partir d’aujourd’hui, ils doivent travailler avec le directeur, les cadres et une partie des salarié(e)s de La Coursive. 

Combien coûte l’intervention de ces deux médiateurs ? Et celle du cabinet ProfilCulture ? 36 000 euros l’audit de Midori-Consulting ?

Toutes ces questions, posées au fil des jours au conseil d’administration par Les Vigies de La Coursive, demeurent, toujours, sans réponse publique. Au prétexte qu’il s’agit de « sujets strictement internes » comme l’affirme Bruno Odin, le vice-président de La Coursive.

Oui mais…

37 % des recettes de La Coursive proviennent de la billetterie spectacles et cinéma, donc des publics qui fréquentent la Scène nationale de La Rochelle.

Dès lors que, nous spectateurs/trices adhérent(e)s abonné(e)s, nous assurons une part non négligeable du financement de La Coursive, nous nous autorisons le droit d’interpeller le conseil d’administration de la Scène nationale sur tous les sujets. Nous estimons, même, en avoir le devoir !

Et, nous pensons avoir le droit d’obtenir des réponses précises à toutes nos questions, même les plus dérangeantes pour ces dames et messieurs les administratrices/teurs.

La médiation engagée ce jour produira-t-elle les effets escomptés ? Les Vigies de La Coursive veulent espérer qu’il n’est pas trop tard.

Une chose est sûre, le conseil d’administration de la Scène nationale a beaucoup attendu avant de mettre en oeuvre ce processus de la dernière chance. Avec le directeur de La Coursive, si contesté à l’interne depuis son arrivée fin août 2017, il porte la lourde responsabilité de la situation actuelle.