Un silence total, sidérant…

Des questions restées sans réponses le jeudi 21 novembre, un courrier adressé le jeudi 28 novembre, à ce jour sans réponse…

Ne pas répondre aux membres de l’association Les Vigies de La Coursive, par ailleurs spectateurs/trices abonné(e)s adhérent(e)s de la Scène nationale de La Rochelle, semble devenir une habitude – une stratégie ? – pour le conseil d’administration (CA) de La Coursive.

Avec Véronique Chatenay-Dolto, la présidente de ce CA, nous faisons preuve d’une patience infinie depuis des semaines, des mois même.

Ainsi, notre association lui avait-elle demandé un rendez-vous le mercredi 2 octobre. Mme la Présidente nous a répondu le…29 octobre en fixant, elle-même, la date du…21 novembre pour cette entrevue. A la teneur de son mail, la présidente des Vigies, Annick Bourdin, comprend bien, alors, que Mme Chatenay-Dolto sera elle même présente le jour de la rencontre. La présidente de La Coursive demande, d’ailleurs, de lui adresser les questions que souhaite aborder notre association. Ce que nous faisons le jeudi 14 novembre.

Et puis, le 20 novembre, à la veille du rendez-vous, Mme Chatenay-Dolto nous fait savoir par mail que le conseil d’administration de La Coursive sera représenté par MM. Odin et Coppolani lors du rendez-vous accordé aux Vigies.

Pas le moindre mot d’excuse de sa part à propos de son absence personnelle à cette rencontre dont elle avait, elle même, choisi la date !

Le 21 novembre, la délégation des Vigies de La Coursive, reçue par MM.Odin et Coppolani, repart avec bien peu de réponses à toutes ses questions… Aussi, le jeudi 28 novembre, Annick Bourdin, la présidente de l’association, a-t-elle adressé toute une série de questions complémentaires à Véronique Chatenay-Dolto.

Le courrier de l’association a été envoyé par voie postale mais aussi par mail. Sept des huit administrateurs de La Coursive en furent également destinataires ; le huitième nous a indiqué, lui même, qu’il avait été informé de notre lettre à la présidente de la Scène nationale.

Donc, depuis le 28 novembre,  depuis plus de trois semaines,  l’ensemble du conseil d’administration de La Coursive est en possession des questions posées par écrit par les Vigies. De même que le directeur Franck Becker, concerné au premier chef par la plupart de nos interrogations de spectateurs abonnés adhérents…

A ce jour, pas de réponse, ni de la présidente, ni du directeur, ni des élus administrateurs, ni des autres membres du CA.

Le silence.

Total.

Sidérant…

Nos questions sont-elles si pertinentes que cela ? Exigent-elles tant de temps que cela pour préparer des réponses qui soient tout aussi pertinentes ? 

Les spectateurs abonnés adhérents de La Coursive n’ont-ils pas le droit de poser des questions sur tous les sujets concernant la Scène nationale de La Rochelle dont ils sont, à travers la billetterie (spectacles et cinéma), les premiers financeurs, avec la communauté d’agglomération de La Rochelle ?

Dans l’attente des réponses des responsables de La Coursive à nos questions – notamment de celles des élus siégeant au conseil d’administration… – les Vigies de La Coursive vous font témoin du courrier adressé le jeudi 28 novembre dernier à Mme Véronique Chatenay-Dolto.

A lire ici : LETTRE VERONIQUE CHATENAY DOLTO

Dans ce courrier, au paragraphe « Les comptes annuels de La Coursive », l’année du déficit évoquée par M.Coppolani n’apparaît pas dans la copie de la lettre proposée à votre lecture. En effet, cet argument du déficit a été évoqué par cet élu, le 21 novembre, pour ne pas répondre à l’une de nos questions sur les surcoûts engendrés, dans le budget actuel, par les interventions de cabinets d’audit ou de médiation à La Coursive. Les Vigies n’entendent pas donner publiquement du crédit à cette tactique de diversion de M.Coppolani. Seul(e)s les adhérent(e)s de notre association disposent de l’ensemble des éléments d’information sur ce point précis (année du déficit).