Un directeur adjoint secondera le programmateur en chef

Ce sera un homme. D’ici à quelques semaines, un directeur adjoint figurera à l’organigramme de La Coursive. Ah ! le fameux, et si précieux, organigramme…

Le quotidien « Sud Ouest » a annoncé, vendredi 17 janvier 2020, sa prise de fonctions dès le mois de février. En fait, cet adjoint interviendra quelques jours par mois en février et mars et il s’installera à temps complet en avril, au coeur de de la Scène nationale de La Rochelle.

Lors de plusieurs réunions de travail avec les équipes des deux théâtres qu’il dirige (La Coupe d’Or à Rochefort et La Coursive à La Rochelle), Franck Becker n’a pas fait mystère de cette arrivée prochaine. Il a aussi évoqué le profil et même les missions incombant à son futur adjoint : administration, finances et…ressources humaines.

Ainsi, le « directeur normal » (1) compte-t-il refiler la patate très très chaude de la gestion du personnel de La Coursive à ce futur adjoint dont le parcours professionnel laisserait à penser qu’il a, lui, toutes les compétences pour remettre en ordre de marche, pour apaiser cette belle et grande Maison si perturbée depuis des mois et des mois.

Franck Becker n’a pas réussi à éteindre, lui même, l’incendie dont les premiers foyers ont été détectés à l’intérieur de La Coursive quelques semaines après son arrivée à la fin du mois d’août 2017. Et le conseil d’administration de la Scène nationale de La Rochelle a embrasé la structure, et même toute la ville, en licenciant, le 15 juin 2019, sa directrice adjointe en poste depuis 29 ans.

Depuis lors, La Coursive vit sur des charbons ardents. Et les pompiers appelés à la rescousse – notamment les deux médiateurs – ont ravivé les braises…

Avant l’arrivée d’un directeur adjoint, Franck Becker joue la montre, tout en montrant les deux facettes de sa personnalité. Tantôt, il semble provoquer les déléguées CGT du personnel dont l’élection dans un fauteuil avec une forte participation au scrutin du mardi 3 décembre 2019, et donc la légitimité, ne font pourtant aucun doute. Tantôt, il dialogue de façon presque cordiale avec l’ensemble des salariés, « ce qui n’était guère arrivé jusque là » note un(e) participant(e) à la réunion du jeudi 23 janvier 2020 qui a duré plus de deux heures.

Franck Becker n’a pas révélé le nom du futur directeur adjoint. Mais le profil qu’il en a dessiné – avec qualités et compétences requises – conduisent les salariés de La Coursive à se tourner vers la Bretagne et l’une des structures culturelles dans lesquelles le directeur actuel de La Coursive a exercé avant d’arriver à La Rochelle.

Les Vigies et autres détectives coursivien(ne)s ont-ils/elles trouvé, dès à présent, le nom de cet oiseau rare doté d’un CV adéquat à la fonction et d’une expérience éprouvée dans le milieu artistique ? Les jours à venir confirmeront, ou non, leur perspicacité…

Une chose est sûre, ce futur directeur adjoint est attendu comme le messie par Franck Becker, lequel compte bien se consacrer, ensuite, entièrement à la programmation de La Coursive (La Rochelle) et de la Coupe d’Or (Rochefort).

Bref, nous aurons à la tête des deux théâtres un programmateur en chef. « Ah ! la formidable programmation de La Coursive » continuera de s’exclamer le choeur des élus.

Comme les Vigies de La Coursive l’ont démontré dans une publication datée du jeudi 23 janvier, la programmation n’est pas – loin de là – la seule mission incombant, normalement, au directeur d’une Scène nationale aussi prestigieuse que celle de La Rochelle.

Mais, dans un monde de plus en plus compliqué et exigeant, il devient impossible d’exceller dans tous les domaines. Dès lors, rien n’interdit de s’entourer de personnes compétentes dans des registres que, soi-même, l’on maîtrise moins. Cela s’appelle la délégation et requiert une confiance réciproque.

Rien n’interdit, non plus, de modifier des organisations avec force pédagogie et souci du dialogue. La Coursive l’avait accueilli avec tous les égards mais Franck Becker a, très vite, déçu et irrité ; contesté à l’interne, il en fut déstabilisé et il n’a pas su faire.

Sept mois après le choc du licenciement de la numéro 2  » historique  » de la Scène nationale de La Rochelle, le voilà qui engage La Coursive dans une normalisation à marche presque forcée avec le concours d’un homme qu’il a choisi et qu’il apprécie.

Cet homme là est, sans nul doute, l’ultime bouée de sauvetage d’un directeur programmateur qui n’a plus droit à la moindre erreur.

Depuis la Bretagne (ou ailleurs…), le futur adjoint a-t-il bien mesuré l’ampleur du défi qui l’attend ?

Les Vigies de La Coursive, qui ne veulent aucun mal à ce courageux, l’espèrent pour lui !

(1) « A la Coupe d’Or, où les salariés viennent d’horizons différents, l’équipe a vu que je ressemblais à un directeur normal » confiait Franck Becker à « Sud Ouest » le samedi 22 juin 2019.