Le directeur, un programmateur, mais…pas que !

« La magnifique programmation de La Coursive !  » s’exclame le choeur des élus, en soutien quasi unanime au directeur de la Scène nationale de La Rochelle, tant décrié par ailleurs pour son management interne.

Oui c’est vrai, et les Vigies de La Coursive, ne l’ont jamais nié, un directeur de Scène nationale doit savoir programmer une saison culturelle, offrir découvertes et valeurs sûres aux différents publics fréquentant sa ou ses salle(s).

Oui c’est vrai, et les Vigies de La Coursive n’ont jamais dit le contraire, Franck Becker, l’actuel directeur de la Scène nationale de La Rochelle, propose à La Coursive une programmation attrayante, renouvelée. A ce niveau là, il remplit son contrat et notre association n’a exprimé aucune critique à ce sujet. 

Mais, depuis sa création le 23 septembre 2019, l’association Les Vigies de La Coursive n’a de cesse de pointer les autres facettes du « métier » de directeur de La Coursive. Et, avec les salariés qui ont exprimé leur « souffrance au travail » depuis près de deux ans, elle s’interroge sur ce « directeur normal » et ses capacités réelles à ramener le calme après avoir déclenché, lui même, la tempête.

Là, nous ne sommes plus dans la fonction  » programmateur  » que doit assurer le directeur d’une Scène nationale. Nous sommes dans sa responsabilité managériale.

Or, le choeur des élus semble totalement ignorer cette compétence exigée d’un patron de théâtre, quel qu’il soit.

Le directeur actuel de La Coursive n’échappe pas à cette fonction à multiples facettes. D’ailleurs, lui même a été recruté sur plusieurs critères de compétences. En atteste l’appel à candidatures publié à l’automne 2016 dans « Télérama » et « La Lettre du Spectacle » par la Scène nationale de La Rochelle, en quête d’un nouveau patron. Il s’agit, alors, de recruter une directrice ou un directeur, Jackie Marchand en fonction depuis 1990, devant faire valoir ses droits à la retraite en 2017.

Les Vigies de La Coursive ont retrouvé cet appel à candidatures. A lire ici : RECRUTEMENT LA COURSIVE

Le paragraphe « compétences et profil recherché » surligné en bleu par nos soins, est à prendre tout particulièrement en considération.

C’est juste un rappel, notamment à l’intention du « choeur des élus » à la mémoire parfois bien défaillante…

Autre rappel, la position de Michel Sala, alors président du conseil d’administration de La Coursive.

A l’automne 2017, quelques semaines après la prise de fonction de l’actuel directeur (fin août 2017), M. Sala souhaite prolonger la période d’essai (trois mois ) du nouvel arrivant. Parce que, déjà, ça tangue à l’intérieur de La Coursive avec un « apprenti pacha » à la peine sur certaines de ses fonctions majeures à bord de ce magnifique, et si exigeant, vaisseau.

La Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) refusera la prolongation de cette période d’essai demandée par Michel Sala. Lequel finira par démissionner en avril 2018, la DRAC lui mettant d’autres bâtons dans les roues (1).

Tout est dit !

(1) Lire « Insurrection à La Coursive » tome 1, pages 171 à 176