Oubliée la solidarité des abonnés, les tarifs flambent !

Cette saison, La Coursive pénalise les abonnés à de multiples spectacles (7 à 13). Parfois fortement ! Avec ses formules d’abonnement revues pendant le confinement, la Scène nationale de La Rochelle oublie, très vite, la solidarité de ses fidèles abonnés. Lorsque la saison 19/20 a été interrompue par la pandémie de coronavirus, ceux-ci, en nombre, ont offert le montant de leurs représentations annulées au spectacle vivant, via La Coursive, ou ils ont accepté un avoir jusqu’à cette rentrée. 

Pour la nouvelle saison 2020 – 2021, La Coursive a modifié les modalités d’abonnement. Elle les a simplifiées en créant « Le Carré » qui remplace les trois formules (4, 7 et 13 spectacles).

Les tarifs restent inchangés pour les abonnés. Les logos symbolisant les trois niveaux de tarifs (ronds blanc, noir ou avec croix) sont remplacés par des ♥ ♦ et .

Hors abonnements, les tarifs de tous les spectacles augmentent, chacun, de 50 centimes d’euro.

La carte « La Coursive », indispensable pour s’abonner, passe de 13,50 euros à 13 euros pour les abonnés individuels. Une économie de 50 centimes…Une toute petite fleur effacée par la suppression d’un abonnement spécifique à cette carte pour les abonnés de 60 ans et plus. Ils la payaient jusque là 12 euros ; ils devront débourser, eux aussi, 13 euros. En revanche, cette même carte « La Coursive » reste à 12 euros pour tous les abonnés des groupes et collectivités.

Chaque spectateur voulant s’abonner devra acquérir obligatoirement une carte « La Coursive » ET au minimum une formule « Le Carré » (à 68 euros en individuel, 65 euros en groupe/collectivité).

S’il se contente de cet abonnement minimum, il sera légèrement gagnant par rapport à la formule 2019 – 2020.

Mais s’il veut choisir un plus grand nombre de spectacles (sept ou treize, comme par le passé), il devra débourser plus, parfois beaucoup plus… 

Et son choix sera souvent contraint par la formule « Carré ». En effet, celle-ci impose 3 ET 1 , sans aucun rajout possible de dans la formule même. Alors que les offres passées (saisons 19/20 et précédentes) permettaient une réelle souplesse entre spectacles de tarifs différents.

Résultat, des abonnements à 7 et 13 spectacles dont les prix flambent, ainsi qu’en témoignent les tableaux comparatifs préparés à votre intention par Les Vigies de La Coursive.

1. Abonnés individuels

Pour une lecture simplifiée, les tarifs 19/20 comme 20/21 (tarifs inchangés pour les abonnés) sont assortis des nouveaux logos ♥ ♦ et .

Pour télécharger ce tableau, merci de cliquer iciABONNEMENTS-LA-COURSIVE-INDIVIDUELS

2. Abonnés groupes/collectivités

Concernant le tableau comparatif des abonnements groupes/collectivités, toutes les formules proposées en 2019/2020 ont été reprises de façon systématique et adaptées à la saison 2020/2021 en recherchant l’avantage financier maximal proposé l’an passé au spectateur. D’où le choix du nombre maximal de spectacles , en complément du ou des formules « Le Carré ». Mais certaines combinaisons sont désormais impossibles en abonnement vu que l’achat d’une formule « Le Carré » au moins est exigé cette année (voir tarifs avec ** dans le tableau ci-dessous). 

Pour télécharger ce tableau, merci de cliquer sur le lien suivant : ABONNEMENTS-GROUPES-COLLECTIVITÉS

Ce comparatif sur les tarifs d’abonnements des saisons 19/20 et 20/21 de la Scène nationale de La Rochelle a été effectué par plusieurs adhérents de l’association Les Vigies de La Coursive. Que les participants à ce travail soient ici vivement remerciés pour leur implication dans ce décryptage, un peu fastidieux, mais si nécessaire !

Abonnements : le Carré, une obligation bien peu claire !

La communication de La Coursive sur sa nouvelle formule d’abonnement – appelée Le Carré –  est aussi claire que celle du gouvernement sur le Covid-19 et le port du masque. La preuve ici :

Pour vous abonner à la saison 2020 – 2021 de la Scène nationale de La Rochelle, il vous faudra acquérir impérativement une Carte La Coursive (13 euros) mais aussi, de façon obligatoire, un premier carré de quatre spectacles.

Or cette obligation n’est absolument pas mentionnée page 176 du nouveau programme.

La preuve ici : 

Le candidat à l’abonnement se reportera alors à la page 174 pour lire attentivement les infos pratiques. Il n’y trouvera aucunement mention du caractère obligatoire de l’achat d’un Carré.

Curieusement, on y parle d’une  « formule d’abonnement composée de 4 places, appelée le Carré »  – 4 places ? Pas 4 spectacles ? – . L’obligation n’est absolument pas indiquée.

La preuve ici : 

Alors, le candidat à l’abonnement cherche, cherche… Et, il finit par trouver !

Sur la fiche d’inscription aux abonnements, il est bel et bien fait état de ceci : l’abonnement de base Le Carré est obligatoire. Il est ensuite précisé ceci :  « il est composé de 3 SEPTACLES coeur et 1 spectacle carreau ».

La preuve ici :

Dès lors, le futur abonné de La Coursive, enfin parfaitement informé, espère, de tout son coeur, voir au moins trois magnifiques « septacles » la saison prochaine sur la Scène nationale de La Rochelle.

En attendant, la communication de la direction de La Coursive sur sa nouvelle formule d’abonnement est aussi claire que celle du gouvernement sur le port du masque obligatoire pour freiner la pandémie de coronavirus ! 

Au delà de ce manque évident de clarté et de transparence, la nouvelle formule d’abonnement conduit, dans certains cas de figure, à des augmentations très sensibles des tarifs d’une saison sur l’autre. Les Vigies de La Coursive consacreront une analyse prochaine à ce vrai problème.

 

La Coursive : premières dates de la saison 2020 – 2021

La Scène nationale de La Rochelle effectue sa rentrée ce lundi 24 août 2020. Son cinéma art et essai reprend sa programmation, dans le respect des règles sanitaires imposées par la pandémie de Covid 19. Et, à partir d’aujourd’hui, les personnels de La Coursive prépareront les séances de présentation de la saison 2020 – 2021 et la campagne d’abonnements qui vont se succéder selon les dates suivantes :

« Insurrection à La Coursive » : le tome 3 est paru

« Insurrection à La Coursive » rassemble tous les textes publiés par le collectif « La Coursive en colère », à compter de juin 2019, puis par l’association « Les Vigies de La Coursive » qui a pris le relais dès la fin du mois de septembre 2019.

Le tome 3 (janvier – juin 2020) est traversé par la pandémie de la Covid 19 qui a contraint au confinement généralisé. L’activité culturelle a été stoppée net, à La Coursive comme sur toutes les autres scènes. Les Vigies ont beaucoup oeuvré en janvier et février 2020 avant d’être contraintes, elles aussi, à réduire leurs interventions. A télécharger ici : INSURRECTION A LA COURSIVE TOME 3

Le tome 1 (juin – août 2019) s’est fait l’écho de la colère, de l’indignation et de la mobilisation à la suite du licenciement de Florence Simonet, la directrice adjointe de La Coursive. A télécharger ici : INSURRECTION A LA COURSIVE TOME 1

Le tome 2 (septembre – novembre 2019) relate la vigilance des spectateurs/trices abonné(e)s, adhérent(e)s de la Scène nationale de La Rochelle et la constitution de l’association Les Vigies de La Coursive. A télécharger ici : INSURRECTION A LA COURSIVE TOME 2

Attention, le téléchargement (gratuit) de ces documents totalisant, chacun, des dizaines de pages peut exiger une trentaine de secondes d’attente de votre part.

La Coursive : une saison 2020-2021 au carré !

Le mardi 30 juin 2020, Franck Becker, le directeur de La Coursive, a dévoilé l’avant-programme de la saison 2020-2021 devant les Relais, responsables des groupes d’abonnés (groupes des collectivités et comité d’entreprises, groupes d’amis).

A la rentrée, la Scène nationale de La Rochelle adaptera la jauge de ses deux salles (Grand Théâtre et Théâtre Verdière) aux règles établies par les pouvoirs publics pour la reprise des spectacles dans les meilleures conditions sanitaires.

La pandémie de Covid 19 n’est pas terminée, répètent les autorités ; dès lors, beaucoup d’incertitudes pèsent encore sur La Coursive, comme sur l’ensemble des structures défendant les arts du spectacle vivant sur leurs scènes.

Le rideau étant tombé depuis la mi-mars dernier sur une saison 2019-2020 au fort goût d’inachevé, Franck Becker a travaillé à la suite, reportant certaines productions à partir de l’automne prochain, complétant l’offre avec de nouvelles propositions.

Le spectacle doit continuer !

Nombre d’abonnés de La Coursive n’ont pas demandé le remboursement des spectacles auxquels ils n’ont pas pu assister. Les dons reçus par La Coursive iront ainsi aux artistes et techniciens à travers des coproductions encouragées par la Scène nationale de La Rochelle.

En parallèle, La Coursive et les sept autres Scènes nationales de la région Nouvelle Aquitaine apporteront, durant deux ans, leur appui à la démarche de la chorégraphe Lia Rodrigues. « Fúria », sa dernière création, sera proposée la saison prochaine à La Rochelle.

  1. Une présentation de la saison sur trois soirées

Ce maudit coronavirus impose des mesures de distanciation et réduit les jauges des salles de spectacle. Aussi, La Coursive prévoit-elle l’organisation de trois soirées successives pour présenter sa saison 2020-2021 les  lundi 31 août, mardi 1er et mercredi 2 septembre 2020 à 18 h 30

Chaque soirée de présentation accueillera 300 personnes. Il faudra réserver sa ou ses places sur le site internet la-coursive.com ou par téléphone à partir du lundi 24 août à 14h30 (Tél 05 46.51.54.02/03/04).

2. Abonnements via internet et sur rendez-vous personnalisé

Pour faire oublier la longue attente subie par des centaines d’abonnés en septembre 2019 puis la suspension de la campagne durant dix jours, La Coursive révise sa copie.

Ainsi, l’on pourra, désormais, réserver son abonnement directement sur internet. La campagne d’abonnements 2020-2021 débutera via internet et ce dès le jeudi 3 septembre 2020 à 10 heures sur le site la-coursive.com 

On pourra aussi demander un rendez-vous personnalisé sur site (via internet la-coursive.com ou par téléphone – 05 46 51 54 02 – à compter du vendredi 4 septembre à 14h 30) pour retirer ensuite son abonnement à La Coursive.

Un jour et une heure précise seront proposés à chaque futur(e) abonné(e). A la date et l’heure fixées, les abonné(e)s seront accueilli(e)s dans les locaux de la Scène nationale de La Rochelle par les permanents de La Coursive et ils repartiront avec leurs places pour la saison 2020-2021. Les rendez-vous personnalisés pour les abonnements débuteront le lundi 7 septembre.

Covid 19 oblige, finis les nuits blanches à la grille de la Scène nationale, les files d’attente interminables, le temps perdu !

3. Exit les trois formules, place aux carrés !

Jusque là,  trois formules d’abonnements étaient affichées : quatre, sept ou treize spectacles. Dans chacune d’elles, les abonné(e)s pouvaient choisir des spectacles à différents prix, symbolisés par des ronds, du tarif le moins élevé au plus cher.

La saison prochaine, une seule formule sera proposée : un carré de quatre spectacles. Chaque abonné pourra acquérir autant de carrés qu’il le souhaite.

Pour accéder aux tarifs abonnements, l’acquisition d’une formule « Carré » sera obligatoire.

La Scène nationale de La Rochelle offrira sa carte d’adhérent à tout abonné faisant l’acquisition de trois carrés. L’achat de cette carte demeure obligatoire pour l’accès aux abonnements, c’est à dire au premier carré.

Hors carrés, les spectacles resteront accessibles à l’unité. L’on pourra ainsi s’abonner à un ou deux carrés plus un, deux ou trois spectacles de tarifs différents. C’était déjà le cas avec les trois formules précédentes.

Sept spectacles proposés hors les murs ( Rochefort,  Niort, Aytré, Châtelaillon, Le Gabut, parking de la Sirène etc.) ne sont pas intégrés aux formules d’abonnements ; ils afficheront une tarification spécifique représentée par le pique du jeu de cartes.

4. Les tarifs

 Les différents tarifs ne seront plus symbolisés par des ronds mais par trois des « enseignes » des jeux de carte, à savoir coeur, carré, trèfle.

Les tarifs des spectacles avec carte La Coursive ne sont pas modifiés : 18,50 € (coeur), 21,50 € (carré) et 27,50 € (trèfle).

Chaque formule Carré permettra l’accès à trois spectacles coeur (18,50 €) et un spectacle carré (21,50 €), les spectacles trèfle (27,50 €) seront accessibles hors formule Carré.

Hors carte La Coursive, les tarifs des spectacles augmentent de 50 centimes chacun (respectivement 25 €, 29 € et 34 €).

Le prix de la carte La Coursive diminue, lui, de 50 centimes (de 13,50 € à 13 €). Le tarif réduit pour les plus de 60 ans (12 €) disparaît ; ce qui signifie que la carte La Coursive augmente d’un euro pour les plus de 60 ans.

Les autres tarifs réduits (groupes, collectivités, jeunes de moins de 26 ans, demandeur d’emploi, bénéficiaire du RSA, adulte handicapé) sont reconduits.

Les Vigies de La Coursive publient, par ailleurs, l’ensemble des tarifs, disponibles également dans le programme de la saison 2020 – 2021 et sur les fiches d’abonnement adressés aux spectateurs/trices déjà abonné(e)s.

Ces documents seront à la disposition du public à la Scène nationale de La Rochelle dès sa réouverture.

5. Les groupes : une remise en ordre

La Coursive souhaite établir des règles claires pour tous les groupes d’abonné(e)s existants.

  • Les groupes d’abonnés constitués par des comités d’entreprise ou des collectivités territoriales accueilleront les salarié(e)s de ces entreprises et collectivités et leurs ayants droits directs (famille). Mais les amis et connaissances de ces salarié(e)s ne pourront plus bénéficier d’abonnements La Coursive via ces groupes.
  • Les autres groupes d’abonnés constitués par des amoureux du spectacle vivant seront limités à cinquante personnes. Ce qui pourrait poser problème à certains d’entre eux rassemblant, à l’heure actuelle, un nombre plus conséquent d’abonné(e)s  (Les Cultureux, les Restos du coeur, par exemple).

Cette  « remise en ordre  » sera étalée sur plusieurs saisons. Elle répond aux réclamations récurrentes de certains Relais qui se sont plaints de dérives générées par des groupes trop fournis réservant d’un coup un nombre très conséquent d’abonnements.

6. Cinéma : une carte rechargeable

La validité des cartes actuelles est prolongée d’une année.

Des cartes rechargeables (dix ou vingt séances) seront proposées, avec une validité d’un an des places achetées via téléchargement.

L’avant-programme 2020-2021

 

 

 

 

La Coursive : il y a un an, par le quotidien « Sud Ouest »

Le quotidien régional « Sud Ouest » met en ligne ce jeudi 25 juin 2020 un document d’archive datant d’une année, relatant la manifestation, houleuse et indignée, des abonnés de La Coursive, scène nationale de La Rochelle le lundi 24 juin 2019 à l’intérieur du Théâtre Verdière.

Personne n’a oublié ce moment là.
Ni le rassemblement des salarié(e)s de La Coursive devant leur théâtre quatre jours plus tôt, le vendredi 20 juin 2019, sous une banderole accrochée aux grilles dénonçant un « licenciement abusif ».

Personne n’a oublié ces instants si douloureux pour les personnels, spectateurs/trices et même les artistes…
.
Et surtout pas Les Vigies de La Coursive, association créée en septembre 2019 sur la base du mouvement de protestation  » La Coursive en colère  » avec un seul objectif :  » exercer une vigilance constante sur le fonctionnement  » de la Scène nationale de La Coursive.

Un an plus tard, les cinquante trois adhérent(e)s de l’association continuent de se positionner en Vigies de La Coursive.

PS: cet article de  » SudOuest  » La Rochelle est proposé en  » premium  » sur le site internet du quotidien, c’est à dire en accès payant.
https://www.sudouest.fr/2019/06/25/coursive-l-insurrection-d-es-abonnesle-debat-se-politise-6254442-1391.php

L’immense Chamboule-tout

16 mai, premier samedi après…déconfinement.

Sensations étranges : quelques libertés retrouvées, avec plus d’espaces ouverts à la balade, à la respiration. Indispensable mais…

Tous ces visages masqués dans la rue, les gestes barrières devenus automatiques rappellent que l’invisible virus n’est pas vaincu. 

Nous vivons avec ; pour combien de temps, nous ne le savons pas.

Les soignants, si sollicités depuis des mois, demeurent en première ligne, comme tant d’autres professionnels dévoués.,

Les enfants, pas tous, ont repris le chemin des écoles soumises à un  protocole sanitaire strict.

Des entreprises, des chantiers redémarrent mais cafés et restaurants restent fermés. Triste spectacle face aux Tours de La Rochelle !

Covid 19 a tué ; il a endeuillé des familles, bouleversé nos organisations, nos habitudes quotidiennes, suscité de multiples polémiques sur les masques, les vaccins. La pandémie nous plonge dans un océan d’incertitudes ; tant de questions légitimes attendent des réponses vraiment fiables.

Nos vies personnelles, familiales, sociales et professionnelles sont affectées par cet immense Chamboule-tout.

Diffusion et création culturelles, indispensables à notre équilibre personnel, sont touchées de plein fouet.

La Coursive a fermé, comme tant d’autres scènes où les artistes nous émerveillent, nous bouleversent, nous interpellent avec force et talent.

Rideau sur le spectacle vivant ! Jusqu’à quand ? Nul ne le sait.

Le directeur de La Coursive a dû annuler 22 spectacles programmés ce printemps ; il a pu en reporter 80% sur la saison prochaine. Idem à La Coupe d’Or de Rochefort, scène également sous sa responsabilité (11 spectacles annulés).

La Scène nationale de La Rochelle a eu recours au chômage partiel pour une partie de son personnel. Côté administration, gestion et direction, d’autres salarié(e) assurent la continuité du service, quelques un(e)s sur site, les autres en télétravail. Et ce au temps du confinement, comme depuis lundi dernier. Hier vendredi 15 mai, une dizaine d’entre eux étaient, ainsi, à pied d’oeuvre au sein même de la structure, toujours fermée au public.

Les Vigies maintiennent leur soutien moral indéfectible à toute l’équipe de La Coursive plongée, elle aussi, dans cette crise sans précédent.

Cette semaine sur RCF 17, la radio chrétienne, Franck Becker s’est exprimé sur « la grande inconnue de la reprise, qui interroge et angoisse notre profession ».

Le directeur de La Coursive n’a pas évoqué, alors, la Lettre ouverte à Alain Rousset, président de la Nouvelle Aquitaine, qu’il a co-signée avec les patrons de six autres Scènes nationales. Lettre par laquelle ces directeurs demandent un rendez-vous à l’élu, à la suite d’une diminution de 100 000 euros de la subvention accordée par la Région au Théâtre Auditorium de Poitiers (lire cette Lettre ouverte à Alain Rousset )

Concernant La Coursive, l’engagement des collectivités territoriales  pour 2020 paraît solide. Pour autant, les recettes de la billetterie spectateurs représentant 35% de son budget (contre 20 à 25% dans les autres structures), la Scène nationale de La Rochelle se trouverait plus fragilisée que d’autres par la situation actuelle. Franck Becker le laisse entendre dans un article mis en ligne par France 3 Nouvelle Aquitaine le 28 avril. A lire ici : la-rochelle/deconfinement-inquietudes-beaucoup-questions-responsables-salles-spectacles-rochelaises-1821880.html

Face aux problématiques nouvelles et complexes de la Scène nationale de La Rochelle, l’association Les Vigies de La Coursive demeure, pour sa part, spectatrice bien impuissante mais pas insensible.

Plus que jamais, Les Vigies expriment leur solidarité totale à l’égard des personnels administratifs et techniques de La Coursive, des intermittents du spectacle et artistes faisant vivre et briller ce magnifique  joyau, mais aussi tous les autres lieux de création.

N’en oublions aucun sur cette route semée d’embûches.

Les Vigies de La Coursive

 

Leur « Séquence du spectateur » ne tient pas debout !

Comment dénicher le/la spectateur/trice idoine capable de siéger bien sagement au conseil d’administration (CA) de La Coursive ? Franck Becker, le directeur, et Véronique Chatenay-Dolto, la présidente du CA, ont élaboré une stratégie hors pair. Déjà découverte par les Vigies, et dénoncée par notre association !

1. LE CONTEXTE

Fin août 2019, en recevant une délégation du collectif La Coursive en colère (1) puis devant les spectateurs rassemblés dans le Grand Théâtre pour la présentation de la saison 2010-2020, Véronique Chatenay-Dolto avait annoncé l’intention du conseil d’administration de La Coursive – qu’elle préside – de s’ouvrir aux spectateurs (2).

En fait, un seul siège sur les douze que totalise ce conseil d’administration fermé et verrouillé à double tour, est, alors, promis à un unique représentant des spectateurs de la Scène nationale de La Rochelle.

Un seul siège – peut-être deux aujourd’hui ? – pour les 8323 abonnés de la saison actuelle (3) ET tous les spectateurs achetant une (ou plusieurs) place()s pour une séance de cinéma, un concert, une représentation théâtrale. Un siège unique aussi pour les 11 000 adhérents de La Coursive, ayant réglé leur carte annuelle.

Un siège, un seul – peut être deux ? – pour représenter tout ce monde là… c’est une concession MAJEURE à la représentativité légitime de vos publics, Madame la Présidente de La Coursive ! Cela traduit votre formidable volonté d’ouverture…

Les nombreux(ses) spectateurs/trices de La Coursive vous exprimeront leur gratitude infinie jusqu’à la fin de votre mandat (trois années, mandat renouvelable).

Un siège – peut-être deux ?- pour les spectateurs/trices soit !

Mais comment sera choisi(e) l’heureux/se élu(e) appelé(e) à siéger aux côtés des six membres de droit et des membres associés actuels ?

2. UNE SÉLECTION EN CATIMINI

Pour ce faire, Franck Becker, le directeur de La Coursive, et Véronique Chatenay-Dolto, la présidente du conseil d’administration, viennent d’ouvrir une étonnante « Séquence du Spectateur » qui fera jaser dans les chaumières.

Selon les informations en notre possession, le directeur de la Scène nationale de La Rochelle a noué contact téléphonique avec quelques fidèles spectateurs/trices, abonné(e)s cette saison à treize spectacles, et il les a convié(e)s à un entretien… d’embauche. 

Ensuite, cela se passe ainsi…

Accompagnée de Franck Becker,  Véronique Chatenay-Dolto demande à chacun de ses interlocuteurs s’il veut bien participer, à l’avenir, aux travaux du conseil d’administration de La Coursive. Chaque personne reçue est aussi invitée à exprimer son sentiment sur la crise sociale qui agite la Scène nationale de La Rochelle depuis des mois et des mois. Des fois, peut-être, qu’une impertinente Vigie sommeillerait en elle…

Tout cela est mené, bien entendu avec la plus extrême civilité. A la fin de chaque rencontre, il est indiqué à chaque spectateur/trice qu’il sera recontacté(e), la sélection du futur spectateur/trice administrateur/trice devant être opérée à la suite de l’ensemble des entretiens (une dizaine, au maximum).

3. LES QUESTIONS DES VIGIES

Bravo pour ce travail, Monsieur le Directeur, Madame la Présidente. Mais votre formidable initiative interpelle, forcément, les Vigies de La Coursive et les conduit à poser, à VOUS POSER, les questions suivantes :

  • Pourquoi la démarche que vous avez entreprise pour choisir le/la futur(e) représentant(e) des spectateurs/trices au conseil d’administration de La Coursive n’a-t-elle pas été rendue publique en amont de vos entretiens ?
  • Pourquoi n’avez-vous pas lancé un appel public à candidatures pour ce siège (ou ces deux sièges…) de représentant(e) des spectateurs/trices ?
  • Sur quels critères objectifs ont été choisi(e)s les abonné(e)s fidèles reçu(e)s par vous deux en entretien préalable ? Pourquoi eux et pas d’autres ayant souscrit, eux aussi, un abonnement à treize spectacles ?
  • Sur quels autres critères précis allez-vous (ou avez-vous déjà…) sélectionné le/la futur(e) représentant(e) des spectateurs/trices au conseil d’administration ? 
  • Enfin, les statuts actuels de l’association La Coursive vous permettent-ils de conduire, vous même, cette initiative de sélection ? La réponse est non. Lire ci-dessous : « ce que disent et permettent les statuts actuels ».

Dès lors, notre association vous invite, Mme Chatenay-Dolto, M. Becker à stopper net toutes ces démarches entreprises en tout petit comité.

La Coursive n’est pas VOTRE PROPRIÉTÉ et vous avez le devoir majeur de respecter l’ensemble des spectateurs/trices adhérent(e)s, abonné(e)s et occassionnel(le)s qui fréquentent la Scène nationale de La Rochelle.

Même si le conseil d’administration (CA) de La Coursive ne doit accueillir qu’ un(e) seul(e) et unique représentant(e) des spectateurs/trices, cette ouverture du CA doit être conduite au vu et au su de toutes et tous, par le seul conseil d’administration de La Coursive. 

Quant au directeur, il ferait bien de se consacrer aux multiples problèmes sociaux à régler, encore à l’heure actuelle, au sein de la Scène nationale rochelaise.

(1) Le collectif « La Coursive en colère » a vu le jour le 20 juin 2019, à la suite du licenciement violent de Florence Simonet, la directrice adjointe de la Scène nationale de La Rochelle. L’association « Les Vigies de La Coursive » a pris le relais de ce collectif depuis le 23 septembre 2019.

(2) Déclaration de Véronique Chatenay-Dolto le vendredi 30 août 2019 devant les spectateurs de La Coursive, lors de la soirée de présentation de la saison 2019 – 2020 : « je trouve que les spectateurs doivent trouver une meilleure représentation au sein du conseil d’administration et nous avons décidé que, cette saison, ce sera chose faite. »

(3) Il s’agit du total des abonnés individuels et collectifs (via les groupes-relais), un chiffre donné par Franck Becker, le directeur de La Coursive lors de la réunion des groupes relais le 16 décembre 2019.

 

Ce que disent et permettent les statuts actuels…

Dans les statuts de La Coursive en vigueur depuis le jeudi 16 mai 2019.

Si un(e) spectateur/trice de La Coursive doit intégrer, à l’avenir, le conseil d’administration (CA) de La Coursive, ce sera au titre de membre associé.

Les statuts de La Coursive ont été remaniés l’année dernière. Les statuts régissant la composition et le fonctionnement du conseil d’administration de la Scène nationale de La Rochelle datent du jeudi 16 mai 2019.

Qui peut présenter la candidature d’un nouveau membre associé au conseil d’administration de La Coursive ? Selon les statuts en vigueur, seuls les partenaires publics peuvent entreprendre cette démarche (lire ci contre).

Qui sont ces partenaires publics ? Cela n’est pas explicité dans les statuts mais, en règle générale, les partenaires publics sont les autorités publiques représentant l’Etat et les collectivités territoriales.

Dans le cas précis de La Coursive, l’on comprend que ces partenaires publics sont les membres de droit siégeant au conseil d’administration de la Scène nationale de La Rochelle. 

Ni Franck Becker, le directeur de La Coursive, ni Véronique Chatenay-Dolto, la présidente du conseil d’administration de la Scène nationale de La Rochelle ne figurent parmi les membres de droit et les partenaires publics de La Coursive. Le premier ne siège pas au CA ; la seconde, qui fut elle même choisie par les partenaires publics avant d’accéder à la présidence, est membre associée.

Et donc, à quel titre, Franck Becker et Véronique Chatenay-Dolto ont-ils lancé le recrutement d’un(e) spectateur/trice appelé(e) à siéger au conseil d’administration de La Coursive ?

 

Dans quelles conditions a été recruté le directeur adjoint ?

Le recrutement de Stéphane Treille débarquant, comme Franck Becker, de Quimper, interpelle tous ceux qui ont encore en tête le licenciement brutal, en juin 2019, de Florence Simonet, la directrice adjointe précédente.

De fait, la toute récente nomination de Stéphane Treille aux fonctions de directeur adjoint de La Coursive, Scène Nationale de La Rochelle, et de La Coupe d’Or, Scène conventionnée de Rochefort, pose un certain nombre de questions…

En juin 2019, c’est la présidente du conseil d’administration de La Coursive qui fait part du licenciement brutal de Florence Simonet, la directrice adjointe de la Scène nationale de La Rochelle, en poste depuis 29 ans. En février 2020, huit mois plus tard, c’est le « directeur normal » de La Coursive qui annonce, au sein de la structure secouée par une crise sociale sans précédente, la nomination d’un nouveau directeur adjoint. Normal ? Vraiment normal ? 

Le choix d’un directeur adjoint au sein d’une Scène nationale ne relève pas d’une procédure encadrée comme l’est le recrutement du nouveau patron de ce type de structure. On se souvient que la succession de Jackie Marchand, l’emblématique directeur de La Coursive parti à la retraite en 2017, avait donné lieu à appel à candidatures avec publication dans des journaux spécialisés (Télérama et La Lettre du Spectacle), puis sélections et auditions par un jury comprenant membres du conseil d’administration et personnalités qualifiées.

C’est ainsi que Franck Becker a été retenu pour diriger la Scène Nationale de La Rochelle et qu’il a quitté Quimper durant l’été 2017 pour rallier la ville « belle et rebelle ».

Pour son nouvel adjoint, rien de tel…

Rien n’interdit, toutefois, de poser des questions.

Qui a recruté Stéphane Treille ? Le « directeur normal » de La Coursive ? Ou le conseil d’administration qui avait suppléé Franck Becker en juin 2019 pour virer son adjointe de l’époque ?

Par quel biais, les professionnels, candidats éventuels à la fonction, ont-ils appris qu’un poste de directeur adjoint était ouvert au recrutement à La Rochelle et Rochefort ? Par une publication spécialisée ? Par une annonce déposée dans un cabinet de recrutement spécialisé ? Juste par le bouche à oreille ?

Combien de candidats ont-ils postulé à cette fonction si enviée de bras droit du « directeur normal » de La Coursive (mais aussi de La Coupe d’Or, la scène conventionnée de Rochefort) ?

Qui a opéré les entretiens, la sélection ? Franck Becker lui-même ? La présidente du conseil d’administration Véronique Chatenay-Dolto ? Ou un jury composé pour la circonstance par La Coursive et La Coupe d’Or, les deux scènes concernées ?

Pourquoi les Vigies de La Coursive posent-elles autant de questions sur ce recrutement ? 

Sans doute parce que Stéphane Treille, dont les compétences professionnelles ne sont absolument pas en cause, arrive du Théâtre de Cornouaille à Quimper (Finistère) où il avait été, déjà, recruté en 2013 alors que Franck Becker était directeur de la structure bretonne…

Les deux hommes ont d’ailleurs travaillé ensemble pendant trois ans et demi avant que le directeur du Théâtre de Cornouaille ne boucle ses valises pour La Rochelle en août 2017. Il est certain que cette longue durée de travail en commun aura permis à MM. Becker et Treille de nouer des relations de confiance mutuelle.

Bien entendu, il n’est pas interdit à un directeur de vouloir s’entourer de personnes compétentes et de confiance. Ce serait même recommandé…

Mais afin que le recrutement de Stéphane Treille par La Coursive ne soit pas assimilé à la cooptation pure et simple d’un de ses anciens collaborateurs bretons par le « directeur normal », il serait utile que ce dernier et surtout le conseil d’administration de la Scène nationale de La Rochelle s’expliquent sur les conditions exactes de l’embauche de ce nouveau directeur adjoint.

Par exemple, à travers un communiqué transmis à la presse qui éclairerait le plus grand nombre, et pas seulement une petite association posant vraiment trop de questions…

Dans ce domaine, comme dans bien d’autres, La Coursive doit lever bien des ambiguïtés. Le mutisme de ses responsables devient aussi incompréhensible qu’intenable sur le long terme !

Quimper recherche déjà le remplaçant de Stéphane Treille

Le Théâtre de Cornouaille à Quimper a lancé, dès à présent, le recrutement du successeur de son administrateur actuel, Stéphane Treille, en partance pour La Rochelle au cours du mois de mai. La Scène bretonne a publié une annonce en ce sens sur le site du cabinet de recrutement ProfilCulture.

Le Théâtre de Cornouaille à Quimper recrute sur…Proficulture !

Profilcuture ? Un cabinet bien connu à La Coursive puisque, à partir du mois de septembre 2019, il a assuré une mission d’ « accompagnement à la construction organisationnelle » pour le compte de la Scène nationale de La Rochelle.

Le monde est petit !